La série noire continue pour le vélo partage en France. Après Gobee.Bike, dont nous parlions il y a quelques jours et qui a finalement fermé ses portes en France cette semaine, c’est Velib’ qui fait face à des difficultés. En effet, le service qui était géré par JCDecaux depuis ses début a vu son contrat de gestion passer à une start-up venue de Montpellier. Smovengo devait déployer 1200 stations dans la capitale, mais seules 300 sont fonctionnelles à ce jour. En cause, l’alimentation électrique des station qui prend du retard. La Ville de Paris prend la main.

Des stations sur batterie

Le projet de la société Smovengo, consortium de sociétés française et gestionnaire de la licence Velib’ depuis le 1er Janvier était de créer des stations “temporaires”, alimentées par des batteries en attendant un raccordement électrique complet. Mais le seul système n’est pas au point et les raccordements tardent à se mettre en place.

Paris à la rescousse  

Devant le constat d’échec, le peu destinations ouvertes et la gronde des utilisateurs, la ville de Paris à décidé d’agir. La municipalité a déployé ses agents et ses ingénieurs pour aider la société à terminer le travail. Le gestionnaire semble lui aussi prendre la chose au sérieux puisque leur site annonce le recrutement de 300 personnes, et ceci sur la page d’accueil de leur site. L’objectif est désormais à 1400 stations pour la fin du mois de mars.

Des pénalités de retard et des remboursements

Si ce déploiement coute très cher à Smovengo, et donc à la ville de Paris, des sanctions sont désormais prévues en cas de non respect des engagements. Les usagers pourront se faire rembourser les 3 premiers mois de leur abonnement sur le site Velib’ Métropole. Espérons que tout cela soit suffisant.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.